PSM. Un diacre pour la paroisse


C’est le Concile Vatican II (1962-1965) qui a restauré le diaconat
permanent, ce ministère ordonné qui avait été “mis en veilleuse” pendant des siècles. Le diacre est “serviteur”, chargé particulièrement du service, de la diaconie.

C’est bien ainsi en effet qu’on peut traduire le mot “diaconie” : diaconie
veut dire service. En ce moment, nous entendons, dans l’Eglise de France, résonner le mot “diaconia” qui évoque une dynamique de réflexion et d’action en vue d’aider les communautés chrétiennes à mettre toujours plus au centre de leurs préoccupations le SERVICE.

A la suite du Christ, premier serviteur, premier diacre, toute l’Eglise est servante, toute l’Eglise est diaconale. C’est dire que les diacres ne monopolisent pas la responsabilité du service, du service de la charité dans l’Eglise mais ils tiennent constamment en éveil les baptisés à cette dimension essentielle de leur mission. Si les diacres sont serviteurs, c’est bien pour aider tous les baptisés à l’être davantage encore. Les communautés chrétiennes ont besoin du diacre pour correspondre à ce que le Seigneur attend d’elles et réciproquement, le diacre a besoin de tous les baptisés pour remplir au mieux sa mission
de serviteur. Patrice Boursier

Le diaconat permanent, qu’est-ce que c’est ?

En premier lieu c’est un appel. Un appel du Christ, dans son Eglise.
Un appel qui a pris du temps pour un mûrissement et l’annonce
officielle de Monseigneur CASTET. Un appel en étapes successives,
nécessaires et constructives. Un appel nourri en premier lieu du
soutien de Cécile, mon épouse, mais aussi des membres de l’équipe
d’accompagnement, des rencontres vivifiantes avec les autres
cheminants, de la formation structurante de Patrice Boursier et de la
bienveillance de Paul Morineau. Un appel qui a mis 5 ans pour
devenir un oui entier et libre.

Durant ces années, j’ai découvert et appris à aimer, dans l’Eglise,
la figure du diacre décrite ci-dessus par Patrice.

Ceci pourrait presque donner le vertige tant la mission peut paraître
immense ! Mais le diacre n’est pas appelé à « en faire » plus, au
risque de se mettre lui et ses proches en danger. Il est appelé à
« être » autrement, à revêtir le Christ, à être signe visible de sa
présence au monde pour tous. Être appelé par le Christ, à la suite des
premiers apôtres ne veut rien dire de plus que d’accepter librement
d’être envoyé vers les hommes de son temps pour témoigner de son
message d’Amour et de sa Bonne Nouvelle. Comme tout baptisé.
L’ordination est le signe que le service est au cœur de la mission de
l’Eglise, qu’il en est la nature même. Le Christ qui est la tête de
l’Eglise ne se donne t-il pas à contempler dans la figure du serviteur
souffrant sur la croix, du serviteur qui a tout donné par amour ?
Le diacre, à sa juste mesure et humble place, rappelle à tous (même
et surtout aux baptisés) cette image du Christ donné pour toute
l’humanité et qui invite à le suivre.

Cet appel est un don. Don pour toute une communauté. Don du
Christ, qui encore aujourd’hui ne cesse de nous dire que nous avons
du prix à ses yeux et que son désir est que nous ayons la vie en
abondance. Vie qu’il nous offre sans compter, sans limite.

Par l’ordination que je vais recevoir, je n’ai pas d’autre vocation que
d’aimer le Christ, à ma faible mesure et d’accueillir la démesure de
son don d’amour.

Comme Samuel à l’appel de son prénom, dans la confiance que
seul l’amour infini du Dieu de Jésus Christ peut susciter, je veux dire
librement et en paix : « Me voici Seigneur ».
Patrick POINT


Brèves

 - Pèlerinage de Pères de famille

Le 1, 2 et 3 juillet de l’abbaye de la Grainetière (Les Herbiers) à St Laurent sur (...)

 - PSM. Soirée Ciné-Pizza 4 juin

Film "Fireproof" (sous titré en français). C’est l’histoire d’un pompier professionnel qui excelle (...)

 - PSM. Baptêmes Juillet 2016

La rencontre de préparation pour les parents aura lieu mercredi 1er juin à 20h30 au foyer Jeanne (...)

 - PSM. Messe du 29 mai 2015

La messe du 29 mai, fête du Saint Sacrement, sera célébrée à 10h30 (et non 11h00) par Mgr (...)

 - Confessions

Confessions : Mercredi 24 décembre à l’église de Montaigu de 9 h 30 à 12 h