ND3P - Mercredi 13 février 2013

Mercredi des Cendres

« Revenez à moi de tout votre cœur … » C’est l’appel que le prophète Joël adresse au peuple de Dieu dans la première lecture, et à nous aujourd’hui, au moment où nous entrons dans le temps du Carême. Cet appel en vue d’une célébration de la pénitence et d’une conversion personnelle nous préparait à entendre celui de l’apôtre Paul dans la deuxième lecture : « Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu … » car, précise Paul dans cette même lettre : « C’est maintenant le jour favorable, c’est maintenant le jour du salut … »

Cet appel à revenir vers Dieu et à nous laissez réconcilier avec Lui, retentit d’une manière particulière pour chacun de nous en cette Année de la Foi. En effet, depuis le 11 octobre dernier, avec toute l’Eglise répondant à l’invitation du Pape Benoît XVI, nous approfondissons le contenu de notre foi. Il s’agit de se réapproprier le trésor de la foi que Jésus a confié à ses apôtres et que nous avons reçu à notre baptême

Dans quelques instants, l’imposition des Cendres, nous rappellera notre condition mortelle : ‘‘souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière’’ et l’appel à nous convertir, c’est-à-dire, à revenir à Dieu : ‘‘Convertissez-vous et croyez à l’Evangile …’’

Ce geste marque le début d’une période de 40 jours pour revivre avec le Christ le temps du désert des quarante années de la marche des Hébreux guidés par Moïse, faisant l’expérience unique de la tendresse de Dieu au cœur même des difficultés dans la traversée du désert vers la Terre Promise. Quarante jours pour ‘devenir contagieux de l’amour du Christ’ qui nous ouvre à la miséricorde de Dieu.

C’est la même expérience que nous allons vivre avec toute la communauté des croyants baptisés et avec les catéchumènes. A l’origine, le Carême a été institué pour accompagner leur marche dans l’ultime préparation de leur baptême. Le temps du Carême nous offre donc de revenir à la source de notre foi et de la vie chrétienne, c’est-à-dire, à notre baptême par lequel nous sommes devenus enfants de Dieu.

En recevant les Cendres, nous exprimons avec humilité notre désir de nous convertir et de croire à l’Evangile pour suivre le Christ là où il nous appel. C’est le temps favorable pour revenir à Dieu, pour affermir notre foi et finalement, ‘nous refaire une santé spirituelle’.

Trois moyens nous sont offerts pour concrétiser notre retour à Dieu : le jeûne, la prière et le partage. Il s’agit, avec discrétion, d’entrer dans l’intimité de Dieu, car précise Jésus dans l’Evangile : « Ton Père qui est présent dans le secret […] voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra ». Le Dieu de Jésus Christ, et notre Dieu, est un Père nous connaît de l’intérieur. Aussi, Jésus attire notre intention, sur l’importance de l’intériorité, la vie de notre âme. Notre vie intérieure est comme le jardin d’Eden où Dieu se plaît à se promener. Avons-nous le désir de le rencontrer et de le suivre ?... Le Père de la parabole du fils prodigue sait de quoi nous sommes faits, de quoi nous avons besoin et surtout, ce qui étouffe la vie divine en nous : la superficialité et l’égoïsme, l’orgueil, le mensonge ; bref le péché dont il vient nous libérer.

Si l’Église réserve le jeûne plutôt aux mercredis des Cendres et Vendredi saint, elle invite cependant les fidèles à la modération durant cette période. Le jeûne permet de faire de la place en nous afin de permettre à Dieu de nous rejoindre. C’est se désencombrer pour retrouver la vraie liberté. Je vous ai indiqué une piste parmi d’autres dans le dernier bulletin paroissial en invitant à ‘éteindre la télévision pour ouvrir son cœur’. Il y a aussi d’autres usages excessifs : Internet, les jeux vidéo, le téléphone … A chacun de voir ce dont il doit se libérer pour se rendre plus disponible au Seigneur. Il s’agit de retrouver le sens du silence pour mieux entendre et écouter la voix du Seigneur en notre cœur.

L’aumône, c’est le partage qui ouvre le cœur aux frères afin de concrétiser l’enseignement de Jésus : "Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ". La soirée ‘Cœur ouvert … Monde meilleur’ élargira notre regard pour mieux vivre la diaconie de l’Eglise, c’est-à-dire, le service des frères les plus fragiles.

En effet, notre vie intérieure n’est pas une démission de la vie extérieure. Ces trois moyens nous aideront à retrouver un bon équilibre dans notre vie chrétienne. La prière personnelle et communautaire, nourrie par la lecture de la Parole de Dieu et autres lectures pour approfondir la foi. Je vous encourage aussi à vivre et à découvrir l’adoration Eucharistique, ce même particulier pour demeurer avec le Christ.

Je vous invite aussi à lire le Message du pape Benoît XVI pour le Carême qui nous invite à méditer cette phrase de Saint Jean sans sa première lettre : « Nous avons reconnu et nous avons cru que l’amour de Dieu est parmi nous » (1 Jean 4, 16). Le pape situe son message dans l’Année de la foi qui ‘‘nous offre une occasion précieuse pour méditer sur le rapport entre foi et charité : entre le fait de croire en Dieu […] et l’amour qui est le fruit de l’action de l’Esprit Saint …’’

A partir de ces deux vertus théologales, la foi et la charité, Benoît XVI explique comment ‘‘l’attitude principale qui distingue les chrétiens est précisément « l’amour fondé sur la foi et modelé par elle »’’. Il précise que : ‘‘Toute la vie chrétienne est une réponse à l’amour de Dieu […] Et le « oui » de la foi marque le début d’une histoire lumineuse d’amitié avec le Seigneur …’’ Soulignant le lien indissoluble entre foi et charité, qu’on ne peut ni séparer, ni opposer, le Saint Père, s’appuie sur la parabole des Talents dans l’Evangile de Matthieu, précisant que ‘‘ La foi nous fait reconnaître les dons que le Dieu bon et généreux nous confie ; la charité les fait fructifier’’.

Frères et sœurs, en nous remettant ainsi à l’école du Christ et de l’Evangile, nous découvrirons comment vivre davantage à proximité de Jésus, à être avec Lui, à son écoute. Laissons-nous enseigner par le Christ pour franchir de nouveau ou d’une manière renouvelée la grande porte de la foi.

Laissons-nous conduire par l’Esprit Saint au désert avec le Christ qui veut nous réconcilier avec Dieu. Accueillons l’exhortation de l’apôtre Paul : ‘‘Ne laissons pas sans effet la grâce reçue de Dieu. Car c’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut …’’ où le Seigneur vient à notre secours pour nous sauver. Amen !