ND3P - Dimanche 4 novembre 2012


Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force". Voilà chers amis une nouvelle clé pour vivre pleinement cette année pastorale riche en évènements et surtout en grâces pour ceux qui veulent bien franchir ‘la porte de la foi’ qui introduit à la vie de communion avec Dieu. Cette porte, toujours ouverte pour nous conduit au cœur de la démarche Diaconia 2013, pour servir la charité et la fraternité. Il est possible de franchir le seuil de cette porte quand la Parole de Dieu est annoncée et que le coeur se laisse modeler par la grâce qui transforme. Mais cela implique de s’engager pour prendre part à la Nouvelle Evangélisation.

Dès la première lecture, le Livre du Deutéronome nous rappelle le premier de tous les commandements, à inscrire au plus profond du cœur. Plus qu’une loi, il s‘agit d’une règle d’or pour que l’amour qui nous est donnée, imprègne toute notre vie. L’amour de Dieu est premier sur tout le reste, car Dieu nous a aimés le premier. Tout la Bible nous fait découvrir un Dieu qui, faisant alliance avec son peuple, attend patiemment la réponse libre et aimante de chacun.

L’Évangile nous invite à faire un pas de plus à travers la question d’un scribe qui ose interroger Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements ?... » ; C’est-à-dire quelle est la pierre angulaire, l’esprit de tous les préceptes de la Torah ?... Demande très importante pour un homme droit qui veut aller jusqu’au bout de son engagement pour Dieu avec la plus grande générosité et la plus grande fidélité. D’où la réponse bienveillante du Seigneur : « Tu aimeras ». Question difficile car dans la Bible, on trouve 613 préceptes, résumés en 10 commandements. Or, celui que Jésus met en avant dans sa réponse, n’est pas dans cette liste. Les 10 commandements posent principalement des interdictions et des limites : "Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi… Tu ne commettras pas de meurtre… Tu ne porteras pas de faux témoignage…". En les transgressant, on se met en dehors de l’amour de Dieu.

Ces commandements négatifs sont importants, mais ne peuvent suffire à orienter notre vie de façon positive. Quand on éduque un enfant, on ne lui montre pas seulement ce qui est interdit ; on s’efforce de lui montrer un idéal de vie. Pour notre vie chrétienne, c’est la même chose. Il nous est demandé de ne pas tuer, de ne pas voler, de ne pas porter de faux témoignage. Mais tout cela ne peut suffire à constituer un idéal de vie. Dans son enseignement, Jésus nous ouvre à l’essentiel : ‘aimer Dieu de tout son cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force’ ; compléter par le second : l’amour du prochain comme soi-même. Jésus précise qu’il n’y a pas de commandement plus grand …

Dans cette réponse, Jésus nous rappelle que Dieu Amour, nous a créés pour que nous puissions aimer et demeurer unis à lui. Nous ne trouverons la vraie joie qu’en aimant, en vivant selon un esprit filial envers Dieu et fraternel envers les autres. C’est la diaconie de l’Eglise, de la communauté chrétienne qui à travers ses membres, se fait proche des plus fragiles et de ceux qui sont de côté. C’est ainsi que nous nous approchons de Dieu. Mon prochain, c’est celui que je prends le temps d’écouter et de rencontrer. C’est bien le même amour qui nous attire vers Dieu et vers les autres, vers le Père et vers les frères.

Dans la deuxième lecture, la lettre aux Hébreux va dans le même sens. Elle nous montre en Jésus le grand prêtre qui s’est offert à Dieu en sacrifice pour nos péchés. Il nous manifeste ainsi le plus grand amour qui soit possible : Amour inimaginable dans sa double dimension : envers Dieu et envers le prochain. Tournés vers la croix, nous découvrons que nous sommes aimés en Christ et capable d’aimer notre prochain.

C’est ce que les enfants du catéchisme découvrent depuis quelques semaines : ‘un Dieu qui fait alliance avec les hommes’ ; celui qui fait sans cesse le premier pas vers nous dans l’attente que nous fassions le second vers lui. Malheureusement, en regardant autour de nous, nous voyons comment Dieu est souvent le grand oublié. On vit facilement sans lui et en dehors de lui. Quand nous regardons les journaux et la télévision, nous voyons tous les jours des actes de violence, les guerres, les conflits familiaux, la famine et l’exclusion. Sur nos routes, des hommes, des femmes et des enfants sont victimes de l’inconscience de certains et du mépris des autres.

En cette Année de la Foi, puissions-nous, à la lumière de la Parole de Dieu qui nous interroge, changer notre regard sur Dieu et le prochain. Puissions-nous au cœur de Diaconia 2013, mettre un peu plus de charité et de fraternité, pour que dans Le Christ ressuscité, nous soyons des ouvriers de la Nouvelle Evangélisation et des artisans de la communion avec Dieu et avec nos frères, dans la communauté familiale et dans la communauté paroissiale.

A la suite du Christ ressuscité qui nous apprend à voir nos frères et sœurs avec le cœur même de Dieu, célébrons l’Eucharistie pour communier à l’amour du Christ pour le Père et pour chaque être humain.

Nous te rendons grâce, Seigneur, de renouveler ton appel, fidèle à ta promesse : “donne-nous un cœur nouveau et un esprit nouveau ; enlève notre cœur de pierre, donne-nous un cœur de chair. Mets en nous ton Esprit afin que nous vivions les deux commandements de l’amour de Dieu et du service des frères, en les aimants avec le cœur même de Dieu. Pendant quelques instants de silence, demandons au Seigneur d’envoie son Esprit qui renouvelle le cœur des hommes et la face de la terre. Amen !...