ND3P - Dimanche 17 Février 2013

1er dimanche de Carême

Depuis mercredi, nous avons repris notre bâton de pèlerin pour marcher avec Jésus et revenir à la source de la source de la foi. Pendant 40 jours, nous sommes invités à revenir à Dieu, c’est-à-dire à nous convertir pour mieux vivre ce que nous sommes devenus par le baptême : ‘enfant de Dieu’. 40 jours pour nous préparer à célébrer l’évènement qui est au cœur de la foi : la mort et la résurrection du Christ.

Naturellement, notre Carême 2013 s’inscrit dans l’Année de la Foi que nous vivons depuis le 11 octobre dernier. En ouvrant cette Année pour marquer le 50ème anniversaire du Concile Vatican II, le pape Benoît XVI a voulu que tous les chrétiens puissent se réapproprier le trésor de la foi que Jésus a confié à ses apôtres et que nous avons reçu à notre baptême.

Pour nous aider à vivre ces 40 jours, la liturgie de ce jour éclairée par l’Evangile que nous venons d’entendre, nous suggère de suivre Jésus au désert en nous laissant guider par l’Esprit Saint. Il s’agit en effet de nous retirer des bruits et des préoccupations du monde, pour nous remettre en présence de Dieu. C’est un combat difficile pour nous comme pour Jésus ‘‘… conduit par l’Esprit à travers le désert’’, pour y subir pendant quarante jours, l’épreuve des tentations de l’avoir, du pouvoir et de la gloire. Jésus n’a rien pourtant à prouver ; or c’est l’objet des trois sollicitations du Tentateur. A la première, Jésus manifeste sa soumission inconditionnelle à la Parole de Dieu son Père, en rappelant que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de la Parole qui nourrit le cœur, l’âme et l’Esprit. Pour la deuxième tentation, Jésus révèle que Dieu seul est digne d’être adoré et pour la troisième, il rappelle que l’homme ne doit pas mettre Dieu à l’épreuve en exigeant des preuves de sa présence. C’est Dieu qui éprouve l’homme pour vérifier la qualité de sa foi.

St Luc précise qu’à travers seulement 3 tentations, le démon a « … épuisé toutes les formes de tentation » et donc, que Jésus a été victorieux de toutes les tentations auxquelles l’humanité pouvait être soumise pour rester fidèle à Dieu. A travers ses trois réponses, Jésus confirme sa fidélité à Dieu son Père.

Ces trois tentations de Jésus nous remettent face au choix que nous avons à faire pour rester fidèle à Dieu et renoncer à la médiocrité. Avouons qu’il y a des jours où nous sommes nous aussi tentés de nous passer de Dieu, de succomber à la dictature du relativisme qui conduit beaucoup de nos contemporains à l’indifférence générale.
A la suite du Peuple Hébreux guidés par Moïse dans sa traversée du désert vers la Terre Promise, aujourd’hui guidés par le Christ, nous revivons cette expérience unique de la tendresse de Dieu au cœur même des difficultés de notre époque. Nous marchons à la suite du Christ avec toute la communauté des croyants baptisés et avec les catéchumènes. A l’origine, le Carême a été institué pour accompagner leur marche dans l’ultime préparation de leur baptême.

Dans la liturgie de la messe du mercredi des Cendres ouvrant le temps du Carême, le prophète Joël nous appelait à ‘revenir au Seigneur de tout notre cœur’, puis l’apôtre Paul nous redire que ‘c’est maintenant le temps favorable, c’est maintenant le jour du salut’ pour revenir à Dieu, pour affermir notre foi et finalement, ‘nous refaire une santé spirituelle’.

Trois moyens : le jeûne, la prière et l’aumône, nous sont offerts pour concrétiser notre retour à Dieu et retrouver un bon équilibre dans notre vie chrétienne. Le jeûne permet de se désencombrer de certaines habitudes et parfois de certaines addictions à la nourriture, à l’internet, aux jeux vidéo, au téléphone, à la télévision ou autres. Je vous ai indiqué une piste parmi d’autres dans le dernier bulletin paroissial en invitant à ‘éteindre la télévision pour ouvrir son cœur’ En retrouvant ainsi une plus grande disponibilité, on pourra prendre plus de temps pour la prière personnelle et communautaire et écouter la voix du Seigneur au plus profond de soi-même. Enfin, l’aumône, c’est-à-dire le partage, permet de concrétiser notre relation à Dieu dans le service des frères. La soirée ‘Cœur ouvert … Monde meilleur’ que nous avons vécu vendredi soir, a élargi notre regard pour mieux vivre la diaconie de l’Eglise, c’est-à-dire, l’engagement pour le service des frères les plus fragiles.

Bien sûr, la journée spirituelle de dimanche prochain marquera une étape importante dans notre marche vers Pâques en cette Année de la Foi pour « S’ouvrir à la vérité et approfondir sa foi … » C’est le thème des deux enseignements qui seront donnés par les sœurs de la famille missionnaire Notre Dame du Grand Fougeray.

Je vous encourage aussi à lire la Parole de Dieu et autres lectures pour approfondir la foi ; par exemple, le Message du pape Benoît XVI pour le Carême. Le Pape inscrit son message dans l’Année de la foi qui ‘‘nous offre une occasion précieuse pour méditer sur le rapport entre foi et charité : entre le fait de croire en Dieu […] et l’amour qui est le fruit de l’action de l’Esprit Saint …’’

A partir de ces deux vertus théologales, la foi et la charité, Benoît XVI explique comment ‘‘l’attitude principale qui distingue les chrétiens est précisément « l’amour fondé sur la foi et modelé par elle »’’. Il précise que : ‘‘Toute la vie chrétienne est une réponse à l’amour de Dieu […] Et le « oui » de la foi marque le début d’une histoire lumineuse d’amitié avec le Seigneur …’’ Soulignant le lien indissoluble entre foi et charité, qu’on ne peut ni séparer, ni opposer, le Saint Père, s’appuie sur la parabole des Talents dans l’Evangile de Matthieu, précisant que ‘‘ La foi nous fait reconnaître les dons que le Dieu bon et généreux nous confie ; la charité les fait fructifier’’.

Frères et sœurs, laissons-nous enseigner par le Christ pour franchir de nouveau la grande porte de la foi et ‘devenir contagieux de l’amour de Dieu’. Dans la Parole de Dieu, dans l’Adoration Eucharistie, dans le sacrement de la Réconciliation qui nous ouvre à la miséricorde de Dieu, nous trouvons la force de la fidélité, à l’image du Christ. Prions l’Esprit Saint de nous aider à résister aux ruses du Tentateur, les yeux fixés sur la victoire du Christ Ressuscité au matin de Pâque.

Mettons-nous à l’école de Jésus et de l’Evangile, pour ouvrir la porte de notre cœur à la foi qui permet de vivre dans l’espérance et de servir dans la charité.