ND des Trois Provinces - Dimanche 27 novembre 2011

Veillez

‘Le maître de maison’ est parti et tarde à revenir, au point qu’on pourrait se décourager, voir même s’endormir. Il semble bien absent en effet dans l’esprit de beaucoup de nos contemporains qui s’enfoncent dans l’ignorance ou l’indifférence religieuse la plus totale, le matérialisme athée et la surconsommation de biens matériels.

Dieu serait-il aux abonnés absents de notre monde alors que la violence envahit nos sociétés de gaspillage et de surconsommation ; alors que la vie n’est pas respectée et que la guerre ne cesse de faire des victimes innocentes. Dieu serait-il absents dans notre société en crise où l’argent est roi. Crise économique, mais aussi perte des valeurs qui fondent la joie de vivre, de travailler et de s’engager. Crise d’une société dans laquelle les jeunes désespèrent alors qu’on ne leur offre que des biens matériels à consommer.

Non, Dieu est toujours là par le travail que le Christ a confié à ceux qu’il a appelés et envoyés pour servir. C’est à nous qu’il revient de prendre notre part à la construction d’un monde plus humain, plus juste et plus fraternel, éclairés par l’Evangile qui ouvre à l’espérance.

Si aujourd’hui, pour entrer dans le temps de l’Avent, Jésus nous invite à la plus grande vigilance, dans les dimanches qui vont suivre, nous serons appelés à nous laisser envahir par la joie de sa venue parmi nous ; joie que nous ne pouvons d’ailleurs connaître que par la foi, car la joie de notre attente, c’est la certitude d’un monde en devenir et d’un accomplissement à venir. Nous voulons accueillir cet enfant-Dieu comme le Messie-Sauveur qui vient nous libérer de nos peurs, de nos paralysies et de nos égoïsmes afin d’apaiser nos conflits intérieurs. Alors, nous avons effectivement besoin de réveiller en nous le désir de Dieu, le désir de le rencontrer pour mieux le connaître afin de l’aimer davantage, lui qui en Jésus, nous révèle qu’il nous a donné la vie parce qu’il nous aime.

D’où la mise en garde de Jésus : « Prenez garde [et] veillez … ». Il insiste vraiment, reprenant 4 fois cette injonction, comme il le redira encore à ses apôtres au moment de sa passion dans le Jardin de Gethsémani : « Veillez pour ne pas entrer en tentation … » Jésus nous met en garde contre le risque du sommeil et donc, du rendez-vous manqué. Pas n’importe quel rendez-vous, puisque dans la nuit de Noël, c’est Dieu qui vient au milieu de nous.

En nous appelant ainsi à la vigilance, au combat spirituel et à la prière, Jésus veut réveiller notre désir de lui faire une place plus grande dans notre vie. Il nous met en garde contre ce qui alourdie l’âme et l’encombre dans une sorte de pesanteur qui tire vers le bas. Il nous invite à rester éveillés et à prier en tout temps, car la prière permet de combattre la somnolence spirituelle. Or, nous le voyons bien autour de nous, de très nombreux baptisés sont atteints de somnolence et de paresse spirituelle. Autrement dit, c’est le sommeil spirituel qui nous guette !...

Vivre le temps de l’Avent, c’est prendre l’attitude du veilleur qui se prépare pour célébrer la Nativité du Christ. Cette veille active dans la prière à la lumière de la Parole de Dieu, fera grandir en nous le désir d’une vraie rencontre avec le Christ. Notre prière ne changera pas Dieu, mais elle nous changera et fera grandir en nous le désir de Dieu. En prenant conscience de notre condition de pécheurs et de notre besoin d’être sauvés, nous redécouvrirons l’importance de ce jour que Dieu nous donne au début de chaque semaine, le dimanche pour nous garder en état de veille active et nourrir notre espérance.

Pour accompagner notre marche vers l’étable de Bethléem où Dieu nous donne rendez-vous, à chacun de se donner quelques moyens. En voici quelques uns :

Prendre le temps de lire ou relire les textes de la Parole de Dieu du dimanche, par exemple, le prophète Isaïe déjà dans la première lecture, nous parle de l’attente du Messie et de la venue de Dieu :

« Voici que tu es descendu, et les montagnes ont fondues devant ta face. Jamais, on ne l’a entendu ni appris, personne n’a vu un autre dieu que toi agir ainsi […] Seigneur, tu es notre Père. Nous sommes l’argile, et tu es le potier : nous sommes tous l’ouvrage de tes mains »

On peut aussi prendre un temps de prière en famille, à partir du petit feuillet remis à tous les enfants du KT : « Bientôt Noël … préparons nous à fêter la naissance de Jésus en famille. »

On peut aussi participer à la messe en semaine, selon les possibilités de chacun ; participer à une Maison d’Evangile pour accueillir la Parole de Dieu dans l’Evangile de Marc qui nous accompagnera tout au long de cette année. Cette proposition vous sera communiquée dans prochain bulletin. On peut également donner du temps pour l’adoration eucharistique comme les mages le feront après la naissance de l’enfant Jésus. Nous sommes invités aussi à désencombrer notre cœur des blessures du péché en recevant le sacrement du pardon et de la réconciliation.

Frères et sœurs, puissions-nous avancer ensemble dans cette marche d’espérance que nous entreprenons avec toute l’Eglise pour nous préparer à ce rendez-vous. En Lui, le Christ Jésus, nous voulons adorer notre Dieu, comme l’on fait avant nous, les bergers puis les mages. Soyons convaincu que le monde, que notre société de la consommation et de l’illusion, a un besoin urgent d’espérance !... Finalement, le temps de l’Avent nous va nous permettre tout simplement de reprendre conscience de notre condition d’enfants de Dieu. En célébrant bientôt la naissance de Jésus, nous célébrerons ainsi notre propre renaissance dans la Christ. La paix et la joie sont déjà dans notre cœur qui espère puisqu’il est déjà au milieu de nous, réellement présent dans son eucharistie.