ND des Trois Provinces - Dimanche 23 octobre 2011

Quel est le grand commandement ?

Voilà bien une question importante pour celui qui veut suivre le Christ : « … Quel est le grand commandement ?... ». Pourtant, ceux qui viennent questionner Jésus ont bien l’intention, une fois encore, de le piéger dans sa réponse. Après les sadducéens qui se relaient pour harceler Jésus, c’est le tour des pharisiens de chercher à le compromettre sur le terrain politique. Dimanche dernier, c’était à propos de l’impôt dû à César. Aujourd’hui, par la voix d’un légiste, ils tendent un piège en interrogeant Jésus à propos du plus grand commandement dans la Loi de Moïse.

Dans sa réponse, Jésus explique clairement comment la Loi trouve son accomplissement dans l’amour. D’ailleurs, le premier de tous les commandements, c’est l’amour de Dieu. A cette première de toutes les règles de vie, il en ajoute une deuxième : l’amour du prochain. Ainsi, tout l’enseignement des Saintes Ecritures et de la Tradition, tout ce qu’il a dans la Loi et les prophètes dépend de ces deux commandements et nous porte à l’ouverture du cœur vers Dieu et le prochain.

Ce commandement de la charité, c’est-à-dire l’amour de Dieu et du prochain, éclaire la mission que le Christ a confiée à l’Eglise en envoyant ceux qu’il a appelés et envoyés. La charité, c’est vivre de la vie même de Dieu, car le plus beau cadeau de Dieu, c’est l’amour. Qu’y a-t’il de plus agréable, de plus doux, de plus beau que l’amour qui fait vivre et rend heureux !... La mission de l’Eglise, c’est d’accueillir l’amour du Christ pour le partager et le transmettre à tous. Annoncer l’Evangile, c’est vivre la charité du Christ qui nous envoie pour aimer comme il nous aime.

Toute la liturgie, la prière personnelle et communautaire, nous ramène au Christ source de cet amour et nous font entrer dans une relation privilégiée avec Dieu qui nous envoie pour être missionnaires de l’Evangile de la vie et de l’amour. La prière est importante parce qu’elle ouvre notre cœur au cœur de Dieu qui déborde d’amour pour que puissions l’aimer « de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée ». C’est un long apprentissage pour se décentrer de soi-même vers celui qui est Amour et Vie, et qui nous rend capable d’aimer notre prochain en vérité.

Jean-Paul II souhaitait ardemment que « le monde redécouvre que le christianisme est la religion de l’amour ». Et comment pourrait-il le découvrir si ce n’est grâce au témoignage de l’engagement des chrétiens au service de leurs frères ?... C’est aussi ce qu’écrit Saint Paul dans la deuxième lecture aux chrétiens de Thessalonique, les invitant à imiter ceux qui leur ont annoncé Jésus Christ dans une foi qui se concrétise par l’accueil et la charité.

Ce fût aussi le cœur de l’engagement de Sœur Emmanuelle au service des chiffonniers du Caire. Pour elle, le bonheur, c’était :
« …vivre en harmonie […] regarder les autres avec son cœur, pas avec sa tête, établir des relations simples. Et pour moi, la source est en Dieu. Je vois l’amour qu’il porte aux hommes. Je suis en harmonie avec Dieu, avec les autres et avec moi-même, c’est tout simple. »

Dans son testament spirituel, elle écrit :
« Nous le savons, l’Amour est plus fort que la Mort, le lien d’amitié profonde que nous avons noué ensemble dans la joie, a une valeur d’éternité joyeuse. [….] Oui vous êtes bénis, vous qui savez aimer et partager, vous êtes bénis, parce que, sans le savoir peut-être, vous avancez sur la route qui mène à l’éternité bienheureuse où je vous attends dans le même Amour. »

C’est aussi ce que nous rappelle notre Evêque Mgr CASTET dans l’un des éditoriaux de la revue du diocèse de Luçon :
« Jésus nous invite à regarder [….] en aimant comme Dieu aime, sans considération des frontières humaines. A son école, nous gagnons en humanité, en nous faisant le “prochain” de tout homme, par des actes engageants, dans une charité active et inventive. Comment ne pas penser au Samaritain secourant l’homme abandonné sur la route de Jéricho ?... »

La charité ainsi vécue nous associe plus étroitement à Jésus, Lui qui a révélé le visage de Dieu en manifestant sa miséricorde et sa bienveillance envers tout homme. « Dans cette perspective – ajoutait Mgr Castet – « … la prière et la vie sacramentelle deviennent la source qui vivifie notre engagement quotidien. »

Frères et sœurs dans le Christ, laissons-nous toucher par l’appel du Christ qui envoie ses ouvriers à pour sa mission. Beaucoup de nos contemporains ne connaissent ni le Christ, ni les Evangiles. Prenons conscience que c’est par une charité qui se donne de la peine que nous annonçons l’Evangile !...C’est en nous voyant vivre que nos frères pourront connaître Celui qui est source de la charité qui nous rend heureux de croire et de servir !... Dis moi qui tu pries … je te dirai comment tu vis et qui tu aimes !...

« N’ayez pas peur d’être catholiques … » a lancé Benoît XVI aux jeunes rassemblés à Madrid. Alors, comme disait Sr Emmanuelle : « […] Yalla ! En avant ! C’est passionnant de vivre en aimant !... » C’est de cette manière là que Dieu nous attend pour être ses missionnaires de l’Evangile !...