ND des Trois Provinces - Dimanche 18 mars

Va te laver à la piscine de Siloé !

Alors que nous poursuivons notre marche vers Pâques, les catéchumènes continuent de se préparer à leur baptême. Pour notre communauté paroissiale, Mme Maud Baudry, maman de 6 enfants, recevra le baptême au cours de la veillée pascale.

Pour accompagner l’itinéraire spirituel qui conduira les catéchumènes à leur baptême, l’Eglise nous donne de vivre la célébration des trois scrutins avec leurs exorcismes, pour fortifier et préparer leur cœur à recevoir les dons du Seigneur. Pour aider les catéchumènes dans leur progression, ce parcours spirituel de conversion nécessite une durée et des efforts à poursuivre.

Ces trois rites pénitentiels que l’on appelle « scrutins » veulent aider au discernement entre la lumière et les ténèbres. Ceux qui sont appelés à recevoir le baptême, sont invités à la conversion en se tournant vers le Seigneur pour se voir à sa lumière.

Dimanche dernier, c’était avec la Samaritaine à qui Jésus révèle une véritable soif de Dieu. Les yeux fixés sur la résurrection du Christ dont Dieu nous donne l’espérance, au milieu du désert spirituel qui s’étend sur notre société, monte en nous la soif de Dieu et ce que St Augustin appelle ‘la soif de la vie incorruptible’.

Ce dimanche, nous sommes avec l’Aveugle de naissance, guéri et illuminé par le Seigneur. Après s’être L’aveugle lavé les yeux à la piscine de Siloé, cet homme reçoit la lumière du Christ ressuscité qui éclaire son regard. Purification du désir pour la samaritaine, et illumination du regard pour l’aveugle de naissance. Ces deux évangiles évoquent deux symboles du baptême chrétien : l’eau qui purifie et la lumière qui illumine le regard intérieur.

Dimanche prochain, pour le troisième scrutin, nous seront témoins de la résurrection de Lazare à qui le Christ rend la vie. En se présentant ainsi : “Je suis la résurrection et la vie”, Jésus nous prépare à entrer dans le grand mouvement pascal qui nous fait passer de la mort à la vie.

Dans l’évangile de ce dimanche, l’aveugle de naissance représente l’état d’aveuglement de notre humanité toute entière depuis qu’elle est privée de la lumière divine. Sa guérison nous concerne de près, car d’une certaine manière, nous sommes tous des aveugles de naissance. Et voilà que Dieu veut nous guérir de notre aveuglement.

En l’envoyant à la piscine de Siloé, Jésus nous révèle que l’œil de la foi commence à s’ouvrir à la lumière dans le baptême, lorsque nous recevons justement le don de la foi. La symbolique du baptême est claire : plongé avec le Christ dans les ténèbres de la mort, l’aveugle va être illuminé par l’Esprit, qui l’introduira dans la vie même du Christ ressuscité.

Frères et sœurs, ce temps du Carême nous est donné à tous pour que le Christ purifie notre regard aveuglé par les lumières artificielles du monde, afin que nous puissions voir avec le regard de Dieu. En guérissant l’aveugle-né, Jésus manifeste l’action de Dieu, nous faisant comprendre qu’il y a en nous, un œil qui doit s’ouvrir en plus de nos yeux pour voir. Il s’agit de l’œil de la foi qui permet de distinguer le bien du mal, la lumière des ténèbres.

En racontant cette guérison de l’aveugle, St Jean nous montre comment on parvient à une foi éclairée qui permet de reconnaître qui est Jésus. On devient réellement chrétien lorsqu’on proclame, comme l’aveugle guéri, Jésus « Je crois Seigneur » et qu’on l’adore en se prosternant devant lui parce qu’on reconnait qu’il est Dieu. La foi chrétienne, c’est croire en Jésus qui nous révèle Dieu.

Puissions-nous réorienter notre regard vers Celui qui est entré dans les ténèbres du monde dans la nuit de Noël, pour y faire resplendir la lumière de la vie éternelle au matin de la résurrection. Pour progresser, il faut l’humilité de reconnaître notre aveuglement spirituelle. Le sacrement du pardon est une réponse à Jésus qui nous envoie à la piscine de Siloé : ‘va te laver …’. Cette guérison du cœur ouvre à la lumière pour voir le monde et les autres avec le regard de Dieu. Dans le sacrement, on retrouve la lumière du baptême pour voir ce que nos yeux ne peuvent pas voir et faire devenir de nous des témoins du Christ.

Au départ, pour l’aveugle, Jésus n’est qu’un homme. Guérit de son aveuglement, il peut désormais s’exclamer ainsi : « Je crois, Seigneur ! », et se prosterner devant lui pour adorer Dieu.

Frères et sœurs, dans notre cheminement avec les catéchumènes qui se préparent à cette illumination intérieure, prions Dieu de nous faire la grâce de la lumière qui permet de voir avec le regard de Dieu. Puissions-nous désirer d’un grand désir être renouvelé dans la lumière de la foi et répondre à Jésus qui nous interpelle directement : « Crois-tu au Fils de l’homme ?... »

Du premier au dernier scrutin, les futurs baptisés approfondissent leur désir de salut et la découverte de tout ce qui s’y oppose. Ainsi nous-mêmes, avec eux, prenons conscience ce qu’il y a de faible, de malade et de mauvais dans notre vie, pour le guérir. De même, retrouvant la lumière de la foi, nous contemplons ce qu’il y a de bien, de bon et de saint, pour l’affermir. En nous tournant vers le Seigneur de miséricorde, puissions-nous désirer d’un grand désir être purifié et illuminé, afin de grand dans la foi, l’espérance et la charité.