ND des Trois Provinces - Dimanche 11 septembre 2011

Pèlerinage paroissial à Notre Dame de la Grenotière

La fête de la Nativité de Marie nous rappelle que Celle que Dieu a choisie pour être la mère de son Fils, vient de chez nous. Sa naissance suscite une grande joie parce que nous savons aujourd’hui qu’elle annonçait une autre naissance : celle de Dieu dans l’histoire des hommes.

Dans la foi de l’Eglise, nous contemplons la nativité de Celle que Dieu a choisie pour être la mère de son Fils, l’Homme nouveau, qui au matin de Pâques surgit des entrailles de la mort et des enfers, pour élever l’humanité dans a gloire de la vie divine.

D’une certaine manière, la Nativité de Marie inaugure l’histoire du salut puisqu’elle précède et préfigure la Nativité du Fils de Dieu dans l’histoire des hommes. Avec la nativité de la Vierge Marie, c’est la régénération de notre nature humaine blessée par le péché qui commence. C’est pour cette raison que la Bible nous la présente comme la nouvelle Eve.

Ainsi, avec la naissance de la Vierge Marie, le projet de Dieu pour le salut de l’humanité sortait de sa phase préparatoire afin d’entrer dans sa réalisation concrète. La Mère précédait le Fils sans lequel elle ne pourrait exister ; la Reine préparait la venue du Roi ; la Fiancée veillait dans l’attente de l’Epoux.

Ainsi, Marie a été choisie pour offrir au Seigneur une demeure sacrée en vue du salut du monde. Par son Oui au projet de Dieu, elle nous enseigne comment disposer nos cœurs pour que le Christ naisse en nous afin que nous puissions naître à la vie nouvelle et éternelle reçue à notre baptême.

Mais, l’Evangile que nous avons entendu nous donne à voir non pas d’abord celle que nous fêtons en ce jour, mais la figure de saint Joseph. En effet, le Oui de Joseph, qui a accueilli chez lui, celle qu’il aurait pu répudier selon la Loi, compromettant ainsi le projet de Dieu, a fait entrer l’humanité dans le temps de l’espérance. Si le oui de Marie a été indispensable pour que le Fils de Dieu puisse naître de notre chair afin de nous faire renaître à la vie de Dieu, celui de Joseph l’a été aussi pour qu’il soit le Messie-Sauveur de l’humanité, accomplissant ainsi la Promesse de Dieu.

Comme Joseph dans son Oui au projet déconcertant de Dieu, ajouté à celui de Marie, puissions-nous accueillir le Christ au cœur de nos vies. A notre tour, mettons notre Oui dans celui de Joseph et de Marie afin que l’un et l’autre, par leur OUI à Dieu, nous aident à Croire, à espérer et à aimer.

En cette fête, contemplons Marie comme un enfant qui ne se lasse jamais de regarder sa mère. Nous voulons l’imiter dans son Oui à l’ange : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon sa Parole. » Elle est de notre terre, cette jeune fille qui a conçu en son sein, le Fils de Dieu. Elle est notre Mère, celle que Jésus nous a donnée du haut de sa Croix. Oui, vraiment, il est heureux que nous soyons pleinement associés à la joie des habitants des cieux pour que descende sur nous une rosée de grâces proportionnée à notre statut de pèlerins.

Par son Oui à l’ange Gabriel, l’envoyé de Dieu, Marie nous éveille à la foi et nous tourne vers Jésus. Elle guide notre foi. Nous la prions aujourd’hui en pensant à tous les parents qui, choisissant de faire baptiser leur(s) enfant(s), ont la responsabilité de les éveiller à la foi, c’est-à-dire à la connaissance et à la confiance dans le Christ, avec l’aide des catéchistes et des prêtres. Nous lui confions ces parents qui ont la responsabilité d’éveiller leurs enfants à la connaissance du Christ qui nous montre le chemin vers Dieu son Père et notre Père.

Par son Oui à l’ange Gabriel, l’envoyé de Dieu, Marie nous aide à entrer dans l’espérance avec Jésus qui marche avec nous pour guider notre pèlerinage vers Dieu. Nous la prions pour les jeunes qui s’égarent dans la drogue, la délinquance ou la violence. Nous la prions pour ceux qui s’égarent loin de Dieu et désespèrent de la vie et de l’amour. Nous la prions pour tous les malades et les familles en difficultés. Marie, modèle de la confiance inébranlable, est proche de tous ceux qui souffrent et nous entraîne à être proches de ceux qui sont dans l’épreuve ou qui désespèrent de la vie.

Par son Oui à l’ange Gabriel, l’envoyé de Dieu, Marie nous entraîne à aimer comme Jésus nous à aimés. Au moment de la Visitation de sa cousine Elisabeth, Marie nous montre la délicatesse et l’attention qui manifestent la vraie charité. Dans son empressement pour rejoindre sa cousine Elisabeth et lui partager sa joie pour l’annonce qui lui a été faite, Marie nous montre comment aimer en partageant notre joie de croire et notre bonheur de vivre.

Nous contemplons en Marie, cette femme que Dieu a choisie entre toutes, pour prendre chair de notre chair et entrer dans notre humanité. Nous contemplons en Marie cette mère que Dieu a choisie et que le Christ, du haut de la croix, nous a donnée pour mère. Nous contemplons en Marie Celle qui n’a pas été délivrée du péché, mais préservée de tout péché et des conséquences du péché originel. En célébrant la nativité de la Vierge Marie, l’Immaculée conception qui « … a reçu grâce sur grâce », avec toute l’Eglise, nous exprimons notre reconnaissance à cette Mère que Dieu nous a donnée et en qui resplendit le soleil de justice. En elle, le Christ apporte la bénédiction de Dieu et nous donne accès à la vie éternelle.

Frères et sœurs, chers pèlerins, en suivant Marie, la première en chemin, vous êtes sûr d’être sur la bonne route, parce que déjà pleinement associées à la résurrection du Christ. Elle accompagne et soutient l’espérance du Peuple de Dieu encore en pèlerinage vers le Père. Saint Louis-Marie Grignon de Montfort en a fait sa devise “Au Christ par Marie”.

Chers pèlerins de ce jour, reprenant les mots du Pape Benoît XVI à la messe de clôture des J.M.J., le 21 août à Madrid, « je vous confie à la Vierge Marie, pour qu’elle vous accompagne toujours de son intercession maternelle et vous enseigne la fidélité à la Parole de Dieu. […] Puissions- nous tous dans l’Église, pasteurs et fidèles, nous rapprocher davantage chaque jour du Seigneur, afin de croître en sainteté de vie et [donner] (nous donnerons) ainsi un témoignage efficace que Jésus est vraiment le Fils de Dieu, le Sauveur de tous les hommes et la source vive de leur espérance. »

Avec Marie et Joseph, puissions-nous accueillir le Christ-Sauveur qui se donne à nous en chaque Eucharistie pour donner au monde le salut de Dieu ... Amen !...