Hospitalité Vendéenne

L’Hospitalité Vendéenne au sein du doyenné de Montaigu

1- La nature de l’HV

Dans la charte il est dit clairement :
- L’HV de Notre Dame de Lourdes a pour but principal de rassembler toutes les personnes désireuses d’accompagner bénévolement les personnes dépendantes, malades, âgées, handicapées (dits « pèlerins accompagnés ») aux pèlerinages diocésains, particulièrement à Lourdes, et ses membres s’engagent à y œuvrer.
- Agissant en pleine communion avec l’évêque de Luçon, et en collaboration avec le service diocésain des pèlerinages, elle prend place parmi les services de l’église diocésaine.

L’Hospitalité vendéenne compte plus de 1000 hospitaliers sur le département dont 135 environ sur le doyenné de Montaigu.

2- L’esprit de l’HV

L’hospitalier a pour mission de se mettre au service des pèlerins accompagnés pour leur manifester l’attention privilégiée du Christ et de l’Eglise.

Il remplit sa mission de la façon suivante :
- en préparant, organisant et participant aux pèlerinages de pèlerins accompagnés à Lourdes principalement (mais cela peut être en d’autres lieux). Sa participation est indispensable pour favoriser l’échange entre les personnes et nécessaire pour les tâches matérielles.
- en participant également à des journées, sessions ou rencontres sur le plan diocésain ou celui du doyenné.
- en collaborant éventuellement avec la Pastorale de la santé.
- en visitant ces personnes

Entre eux, les membres de l’HV doivent agir en toute amitié et esprit de charité. Ils acceptent d’être disponibles, de prendre simplement une responsabilité pour la bonne marche du pèlerinage. Tous, aînés et jeunes, s’entraident sans critique négative, ni jalousie, à vivre l’esprit de famille qui doit imprégner l’Hospitalité et qui rend le service plus facile.

3- L’Hospitalité Vendéenne de Notre-Dame de Lourdes – Le pèlerinage-

L’hospitalier est invité à prier la Vierge Marie chaque jour, aux intentions de l’Hospitalité et de l’Eglise.
- L’hospitalier, dans le service des personnes malades, se souviendra des mots de Pie XII : « Le pèlerinage doit faciliter la conversion individuelle du pèlerin. » Il est donc appelé à vivre, lui aussi, le pèlerinage comme un temps fort de ressourcement spirituel.
- Animé par cet esprit de Foi qui lui fait découvrir en chaque personne malade le visage du Christ, l’hospitalier imitera l’attitude de Marie envers Bernadette : « Voulez-vous avoir la gentillesse…. ». Il se mettra donc au service des personnes malades avec respect, délicatesse, discrétion et sans faire de distinction.
- Le pèlerinage est une démarche d’Eglise  : l’hospitalier, selon les possibilités du service, participe aux célébrations.
- Le pèlerinage est aussi une démarche personnelle  : il laisse à chacun la liberté de répondre aux diverses invitations :

* l’eau de la source ou le bain aux piscines

* le sacrement de réconciliation en réponse à cette autre parole de la Vierge : « Pénitence, Pénitence ! » et encore : « Priez Dieu pour la conversion des pécheurs ».

* les temps de prière personnelle (devant la grotte par exemple)

L’hospitalier est fortement encouragé à participer aux moments de prière, de réflexion et d’échange proposés au cours du pèlerinage. Un pèlerinage n’est pas un voyage d’agrément.

4- Témoignages - Expressions

A partir des expériences partagées par les uns ou les autres voici quelques paroles d’hospitaliers :

« En tant qu’hospitalier, nous marchons sur les pas de Bernadette. Pendant le temps du pélé on ne refuse jamais rien. »

« Dès le matin du départ, sur le quai de la gare et jusqu’au retour, nous nous mettons au service des personnes malades ou âgées. Nous sommes là pour qu’elles passent le meilleur pèlerinage possible. »

« Certaines sont assez autonomes, se débrouillant seules : notre rôle sera d’être à leur écoute. D’autres plus en difficulté auront besoin de notre aide pour des gestes ordinaires : les aider à se lever, à se déplacer, à s’habiller, à faire leur toilette, à prendre leurs médicaments, à prendre leur repas, …Nous les accompagnons aux célébrations grâce aux voiturettes. »

« Nous prenons du temps pour parler, écouter, rigoler, …avec eux tout en gardant à l’esprit le respect de chaque personne. (Pas de langage brusque, pas de tutoiement,..) Au contraire il faut avoir à l’esprit les mots : douceur, sincérité, charité, générosité, amour. »

« Il y a une ambiance qui nous porte à Lourdes. On oublie le rythme soutenu des journées (se lever tôt, la présence non-stop jusqu’au coucher des malades, la fatigue, ..) Nous sommes là pour la même chose : se mettre au service des personnes dépendantes. »

- Une hospitalière pour la première année disait : « Je me suis sentie utile. Loin du matérialisme de nos vies quotidiennes, on ne vit que pour l’essentiel : être pèlerin et aider son prochain. »

De Lourdes on ne revient pas forcément guéri, mais on en revient toujours transformé.


Portfolio

Chanson Chemin de Croix Malades hospitaliers Procession de la lumière Procession de la lumière 1